La bonne attitude à adopter en Thailande pour éviter les soucis

La bonne attitude à adopter en Thailande pour éviter les soucis
5 (100%) 1 vote

De par son influence dominante dans l’histoire et la vie culturelle, sociale et religieuse du pays, le Bouddhisme a offert nombre de ses valeurs pour étalon dans l’observance des coutumes et de l’étiquette. Dans les provinces du sud, où la religion musulmane prédomine, coutumes et usages se révèlent différents mais non moins importants à respecter dans toute interaction sociale basée sur le respect et la tolérance.

Si du point de vue occidental les coutumes thaïes apparaissent nettement conservatrices, c’est compter sans l’indulgence de la plupart des Thaïlandais face aux étrangers. Manquement et petites bévues dans l’étiquette ne portent pas à conséquence. Cependant, il est des comportements ou des commentaires à éviter dans certains domaines : pays, royauté, langues et religions méritent respect en toute circonstance.

Les Choses à ne pas faire au Siam

  • Critiques contre le pays et le roi : le peuple thaï tient son roi dans la plus haute estime. Des réflexions négatives sur le souverain choqueraient et seraient interprétées comme une offense et une insulte susceptible de finir en justice
  • Commentaires négatifs contre la famille royale : reine, princes et princesses méritent également le plus grand respect. Des critiques à leur encontre seraient synonymes d’insultes et pourraient entraîner une poursuite en justice
  • Irrespect envers les portraits royaux et les représentations de Bouddha : Un manque de respect en acte ou en paroles devant une image du roi, de la reine et de la famille royale, ainsi qu’envers une représentation de Bouddha ou des représentants de la religion, résulteraient en une grave offense. Il est interdit de toucher ou d’altérer une image ou une statue de Bouddha
  • Irrespect envers la tête d’une personne : la religion bouddhique reconnaît un caractère sacré à la tête de l’être humain. Par conséquent, certaines personnes pourraient s’offusquer ou se sentir insultée par des gestes effectués près de leur tête
  • Position et mouvements des pieds : les pieds étant considérés comme impurs, on évitera absolument de désigner un objet ou une personne par leur biais, ou de diriger la plante des pieds vers une représentation de Bouddha ou de la famille royale. Même si beaucoup de Thaïs regardent cette dernière proscription avec indulgence eu égard à la différence culturelle et religieuse des visiteurs étrangers, mieux vaut prêter attention à la position de ses jambes.

On évitera également de :

  • Pointer du doigt et de transmettre quelque chose par la main gauche
  • Garder ses chaussures en entrant dans une maison thaïe ou dans certains locaux publics et ce, par respect envers l’hygiène et les occupants.
  • Marcher sur le seuil d’une porte au lieu de l’enjamber, ce qui pourrait grandement indisposer les aînés thaïs ou les personnes très conservatrices.

Étiquette

Pour établir une base positive dans les relations, il est important de se montrer courtois, poli et respectueux de son interlocuteur et de ses valeurs. Parler sans éclats de voix et sourire chaleureusement sont deux comportements qui plairont d’emblée.

Dans le monde asiatique, perdre la face, surtout en public, s’avère un événement grave. D’ailleurs, la personne dominatrice est vue comme irrespectueuse et fautive. On évitera donc de critiquer ouvertement autrui ou de l’acculer dans une situation ou son image et son respect seraient mis en défaut. Si les circonstances exigent d’exprimer tout de même des paroles désagréables, il est conseillé de les adresser indirectement. Toutefois, la seule attitude salutaire reste d’établir un compromis et de se montrer courtois quel que soit le désaccord.

Sur ce principe, l’expression en public d’émotions négatives comme la colère, le dégoût ou la rancœur est à bannir. La personne visée pourrait perdre la face, et pour les raisons exposées ci-dessus, l’individu cédant à son impulsivité sera toujours considéré comme des plus irrespectueux.

Jusqu’à l’établissement d’une relation plus développée, l’étiquette conseille fortement d’éviter tout contact physique (serrement de main, accolade, embrassade, etc.) avec un membre de l’autre sexe

Afin de pouvoir situer l’étranger dans la hiérarchie sociale, si forte dans la société thaïe, les Thaïlandais se permettront parfois de poser, même lors de la première rencontre, des questions à leur interlocuteur sur son statut sociale, sa profession, ses biens… Malgré la gêne que peut occasionner certaines questions jugées indiscrètes par un occidental, ce dernier devrait considérer cet « interrogatoire » comme une pratique naturelle et non destinée à incommoder.

La hiérarchie en place dans la famille est des plus traditionnelles. Individualité et indépendance ne sont ni aussi marqués ni aussi importants que dans la culture occidentale. Les parents occupent le sommet du monde familial, avec un profond respect porté aux anciens et en général aux membres aînés. Chacun s’entraide avec diligence et respect pour préserver le bien-être du groupe. Cette générosité de caractère, cette bienveillance et cette mise en sourdine de son individualité s’expriment également dans l’amitié, où le plus aisé du groupe n’hésitera pas à régler l’addition pour ses amis moins fortunés.

Salutations

Les salutations thaïes consistent dans le wai, geste où l’on joint ses mains comme pour une prière tout en penchant la tête vers l’avant. Plus le mouvement est prononcé, plus le respect signifié est important.

Les salutations du wai obéissent à des règles définies. Par exemple, un wai doit être initié par la personne du groupe la plus jeune ou la plus basse dans la hiérarchie sociale, le plus âgé ou le plus élevé lui répondant ensuite. Selon certains Thaïs, chambouler cet ordre est synonyme de malchance.

Conscients que les étrangers peuvent ne pas maîtriser cette coutume du wai, les Thaïlandais excusent les éventuelles erreurs de gestes. Cependant, il est préférable de ne pas initier de wai en cas de doute ou de manque d’assurance. On ne répond pas à un wai exprimé par le personnel d’un restaurant ou d’un magasin.

Événements Officiels

Les Thaïs accordant une grande importance à l’apparence, il est conseillé de choisir sa tenue vestimentaire en fonction de l’événement.

La présentation de soi reste rare lors des réceptions officielles ou les soirées semi-officielles. C’est le rôle de l’hôte ou de l’hôtesse de veiller aux présentations mutuelles.

Eu égard à la hiérarchie des invités ou des membres de la famille selon le cas, les places seront distribuées en fonction de l’âge et de l’importance sociale des personnes. Mieux vaut donc patienter le placement par l’hôte ou l’hôtesse afin de ne commettre aucun impair.

Lors des réceptions et des soirées, les noms de famille sont peu utilisés, pour être préférés au titre honorifique khun suivi du prénom de la personne, signe d’importance et de respect.

Offrir des présents lors d’une réception ou d’une soirée semi-officielle n’est pas une habitude aussi répandue en Thaïlande que dans d’autres pays asiatiques. Un cadeau apporté aux hôtes d’une réception doit être empaqueté avec goût, de préférence dans des couleurs autres que noir ou violet, associée aux funérailles et au deuil. Le plus souvent, les présents sont mis de côté pour être ouverts les invité partis, ceci afin d’éviter toute éventuelle émotion qui pourrait créer un embarras. Lors de cérémonies comme un mariage, on peut adresser un cadeau d’argent, alors à placer dans l’enveloppe de l’invitation reçue pour l’événement.

Étiquette en Affaires

S’entretenir d’emblée du contrat et des questions afférentes est perçu comme un manque de politesse. Avant de signer un contrat important, les Thaïs ont pour pratique d’établir tout d’abord une relation respectueuse et agréable avec le futur partenaire en affaires.

Les Thaïlandais accordent au langage du corps et à la manière de converser une importance marquée où doivent s’exprimer la politesse et le respect. Ainsi, un refus tranché sera perçu comme une impolitesse. Conduire des affaires avec des Thaïs demandent donc de s’intéresser aux subtilités de leur expression et de leur gestuelle.

Toute réunion d’affaires s’organise longtemps à l’avance avec, la veille, une confirmation des détails de la rencontre. Également, il faudra transmettre à temps les informations relatives au programme, aux sociétés ou entreprises concernées et aux participants. La ponctualité est signe de respect, même si certains Thaïs sont moins à cheval sur celle-ci que les Occidentaux. Afin d’éviter confusion et malentendu, les informations écrites comporteront une version en thaïe et une version en anglais, cartes de visite incluses. Celles-ci se transmettent de la main droite après les salutations. L’étiquette demande de lire la carte tout de suite et d’en faire un bref commentaire poli.

Conservateur, le code vestimentaire demande un costume ou un tailleur sombre ou de couleur douce. Les robes descendent jusqu’aux genoux ou plus bas et les épaules doivent être couvertes. Les chaussures et les chaussettes seront de qualité et élégantes et, dans les cas où il est nécessaire de se déchausser avant d’entrer dans une pièce / un local particulier.

Auteur de l’article : Farangset

Je suis quelqu'un !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *