Quel est le concept des bars à fille en Thailande ?

Quel est le concept des bars à fille en Thailande ?
5 (100%) 1 vote

La problématique de la prostitution thaïlandaise est souvent abordée, dans les différents articles disponibles sur le web, d’un point de vue moral et éthique qui peut vite dériver vers un manquer total d’objectivité à la sauce inquisition judéo-chrétienne.

Je vous propose aujourd’hui un petit guide pratique et pragmatique de la navigation dans l’univers si particulier des bars à filles de Thaïlande. L’idée de cet article n’est pas de prendre partie pour ou contre ce type d’établissement mais d’en expliquer le fonctionnement afin de permettre à celles et ceux qui souhaiteraient s’y rendre de comprendre les mécanismes de ce commerce pas vraiment comme les autres.

Où se trouvent les bars en Thaïlande ?

La prostitution destinée aux Occidentaux au Siam se concentre principalement dans trois villes du pays dont certains quartiers sont tout spécialement aménagés pour ce type d’activité.

A Bangkok, trois points chauds se distinguent. Le district historique de la prostitution, Patpong. Nana Plaza, un entertainment center sur trois étages situé au niveau de la station BTS Nana dans le quartier de Sukhumvit et enfin la célèbre Soi Cowboy, une rue flanquée de multiples bars à filles et gogo bars.

A Phuket, les activités liées à l’industrie du sexe se centralise à Patong et notamment le long de la Bangla Road qui accueille une quantité astronomique d’établissements olé-olé pour touristes.

Enfin la ville de Pattaya (surnommée la ville du vice) accueille le gros de la prostitution destinée au marché des étrangers. Les bars à filles sont partout dans cette station balnéaire totalement décalée mais les plus célèbres et prisés d’entre eux se trouvent sans nul doute dans la Walking Street, une très longue rue dédiée à la fête, au sexe et au vice sous toutes ses formes.

Les bars à filles thaïlandaise uniquement pour le sexe ?

Quoiqu’en disent certaines âmes chagrines, les bars accueillant des prostituées siamoises ne sont pas destinés qu’aux touristes sexuels et sont très largement fréquentés par les fêtards de tous âges et de tous horizons dont le péché-mignon n’est pas les femmes mais plutôt la bouteille.

En effet, vous rendre dans un établissement où se trouvent des femmes tapinant ne vous oblige en rien à en payer une en échange d’une prestation sexuelle. Les bars à filles sont avant tout des bars et comme dans tous les bars de la planète on y boit, on y rit et on s’y détend entre amis de longue date ou d’un soir.

Le staff d’un bar en Thaïlande

La relation commerciale avec les membres du staff de  ce type de commerce est celle qui lie clients et commerçants dans tous les débits de boissons du monde. Vous vous installez à une table, quelqu’un vient vous voir avec la carte des consommations, vous commandez votre boisson après avoir consulté la sélection et les prix puis on vous sert avec amabilité. Loin du cliché glauque diffusé par certains Occidentaux réfractaires qui n’ont jamais mis les pieds dans un bar à filles mais vous les présenteront toujours comme des lieux de perdition notoires où le Mal est à l’œuvre.

La vérité, c’est que, comme pour tout dans la vie, votre soirée dans un bar à filles sera avant toute chose ce que vous en ferez.

Relation commerciale avec une lady bar

Certains farangs n’aiment pas beaucoup le terme de prostituées pour qualifier les filles travaillant dans les établissements de l’industrie du sexe en Thaïlande. Alors certes la prostitution ici ne se présente et ne s’organise pas de la même façon que celle que l’on peut trouver en Europe; ceci étant il ne faut pas se leurrer: cela reste de la prostitution et les femmes qui vendent des prestations sexuelles sont bien des prostituées.

Lorsque vous serez assis à votre table, il y a fort à parier qu’une « hooker » ne tardera pas à venir vous voir pour engager la conversation. Si vous ne souhaitez pas instaurer le dialogue, ignorez la tout simplement et la jeune femme s’en ira après quelques minutes pour trouver un autre homme à aborder.

Si vous engagez la conversation, n’oubliez pas que vous n’êtes pas en train de discuter avec une copine. La discussion peut être – et sera d’ailleurs probablement – très cordiale, sympathique et rafraichissante mais il n’en reste pas moins que, pour la lady bar, il s’agit là d’une méthode pour poser les bases nécessaires à la construction d’une relation commerciale intéressante (pas forcément sexuelle d’ailleurs, lisez plutôt la suite).

A noter que cela n’exclut en rien que la fille peut vous trouver sympa et vous apprécier, l’une des erreurs typiques étant de penser que parce qu’une femme vend son corps elle n’a ni cerveau ni cœur. Ceci étant dit, ne vous faites pas trop d’illusions…

Au cours de la conversation, il deviendra de plus en plus évident que boire seul pendant que votre nouvelle amie à la sèche  n’est pas vraiment digne d’un gentleman. Arrivera donc un moment où vous lui proposerez spontanément de boire avec vous ou où la prostituée vous demandera de lui payer un verre. Anodin ? Pas du tout.

Il s’agit là d’un point essentiel de la stratégie commerciale d’une lady bar. En effet, chaque verre que vous paierez à une fille vous sera facturé plus cher et la prostituée touchera une commission sur ce type de consommation un peu à part que l’on appelle les Lady Drinks.

Il est important de comprendre que si l’accord commercial pouvant exister entre une prostituée et son client est l’échange d’argent contre du sexe, la fille en question a bien d’autres accords pré-établis avec différents prestataires (bars, boites de nuit, taxis, etc…) qui lui permettent de toucher des rétrocommissions si elle vous fait consommer.

La soirée s’écoule progressivement et vous continuez à vous amuser en tout bien tout honneur avec votre nouvelle copine thaïlandaise dont la beauté et le charisme semble croitre à mesure que les verres s’enchainent (pour elle comme pour vous). Si vous n’abordez pas la question du sexe et de la tarification de la passe, la jeune femme le fera pour vous. Il sera alors temps de prendre une décision.

La phase de négociation avec une lady bar

Si vous souhaitez obtenir une prestation sexuelle, il va vous falloir négocier le tarif avec la jeune femme qui vous intéresse. En Thaïlande, le prix d’une prestation se négocie sur la base de la durée de cette dernière. Le Short Time est une passe courte de quelques heures maximum alors que le Long Time est en revanche une passe plus longue qui durera jusqu’au lendemain matin.

Amende de bar ou Bar Fine

Si vous faites le choix de sortir une fille de son bar pour l’emmener à l’hôtel, sachez qu’il va vous falloir payer un dédommagement au bar. Ce dédommagement s’appelle le Bar Fine (amende de bar). Cette somme est supposée couvrir les pertes du bar dont l’une des employées quitte le travail avant la fermeture.

Les Bar Fines les plus élevés sont pratiqués dans les gogo bars de la capitale et les plus faibles dans les établissements des stations balnéaires type Pattaya ou Phuket.

Et une fois sorti du bar ?

Une fois que vous êtes sorti du bar avec la fille, c’est à vous de décider de la suite des évènements. Vous pouvez inviter votre compagne d’un soir à aller manger, vous pouvez aller en boite, rentrer à l’hôtel, etc…

Comme expliqué plus haut, certaines prostituées (en fait presque toutes) ont des accords commerciaux avec d’autres établissements. Il y a donc fort à parier que votre amie vous propose de vous rendre ici ou là pour danser, jouer au billard ou autre.

Pour vous ça ne changera pas grand chose (aller dans la discothèque A plutôt que la discothèque B ne fait franchement pas énormément de différence) mais pour votre prostituée thaïlandaise c’est de l’argent supplémentaire qui rentre et elle vous en sera reconnaissante si vous la suivez là où elle veut se rendre.

Ceci étant ne vous faites non plus marcher sur les pieds. Même si la prestation que vous avez achetée est discutable d’un point de vue moral, il n’en reste pas moins que vous l’avez payé dans le cadre d’un deal entre adultes consentants.

Une question de timing et de logique

Dans le déroulement d’une relation commerciale avec une lady bar tout est une question de timing et de logique.

N’oubliez jamais, avant de prendre une décision, que vous avez à faire à une personne qui travaille et dont l’objectif est de faire le plus d’argent possible.

Auteur de l’article : Farangset

Je suis quelqu'un !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *