Les coyotes thaïlandaises dans tous leurs états !

Les coyotes thaïlandaises dans tous leurs états !
5 (100%) 2 votes

Les coyotes thaïlandaises sont des danseuses sexy payées pour mettre de l’ambiance durant des manifestations culturelles ou commerciales accueillant un large public masculin. Certains disent qu’elles doivent leur nom au film Coyote Ugly, sorti dans les salles obscures en 2000, et qui raconte les aventures d’un groupes de barmaids américaines n’ayant pas leur pareil pour jouer la carte de la sensualité au cours des soirées endiablées se tenant dans leur bar.

Le phénomène des coyotes en Thaïlande

Le phénomène « coyote » a débuté discrètement dans les discothèques de Bangkok pour devenir en quelques années une composante quasi indispensable quand on parle fête, alcool ou grosses cylindrées. Pas un salon auto, une soirée en nightclub ou une opération promotionnelle « coup de poing dans ta face » sans la présence de ces jeunes femmes torrides d’un nouveau genre, pour mettre le feu aux poudres !

Une fois n’est pas coutume, le Siam n’a pas manqué cette occasion marketing en or d’utiliser les femmes les plus canons du Royaume pour booster les ventes et faire cracher les mâles. La mode des coyotes en Thaïlande est aujourd’hui telle qu’il ne serait pas étonnant de les voir bientôt aider à vendre des yayourts (je sais on dit yaourt…) ou encore du dentifrice pour les plus gros groupes agro-alimentaires et pharmaceutiques de la planète.

Une coyote jeune, belle et n’ayant pas froid aux yeux gagne très bien sa vie: de 500 à 8000 THB… de l’heure ! Autant vous dire que le concept a rapidement séduit la gente féminine locale et que nombre d’étudiantes du Pays du Sourire, à la beauté notable, font aujourd’hui bien plus qu’arrondir leurs fins de mois en offrant leurs services de danseuse sensuelle.

Une coyote girl est-elle une prostituée ?

En règle générale, la réponse est non. Si vous voulez vous en convaincre aller demander son tarif à la superbe créature dansant autour du dernier modèle de chez Toyota et vous allez vite comprendre votre douleur: pour être honnête, vous avez de bonne chance de vous faire éjecter du salon visité manu militari.

C’est sûrement un peu moins radical chez les jeunes danseuses travaillant dans le milieu de la nuit mais, globalement, dites vous que si vous ne plaisez pas vraiment à la fille, ou si elle n’est pas en mode « je dois lever des fonds rapidement », vous n’avez pas grand espoir de voir votre argent acheté son corps de rêve. Tant mieux d’ailleurs puisque ces jeunes femmes incarnent encore, à travers leur comportement, cette idée en berne qu’on peut être belle, sexy et siamoise sans forcément être un tapin.

La famille royale n’apprécie pas les coyotes !

Le phénomène des coyotes n’a pas du tout été du goût de la famille royale de Thaïlande. Cette dernière a commencé à exprimer son désaccord avec le concept lorsque ces danseuses sexy ont commencé à envahir les supermarchés et festivals populaires du pays.

La goutte d’eau qui fit déborder le vase eu lieu au cours d’une exhibition culturelle bouddhiste en Isaan – Thaïlande Nord-Est – lorsqu’un garage local assura sa promotion à l’aide d’une équipe de filles endiablées en petite tenue… en pleine cérémonie dédiée au Bouddha ! Le sang de la Reine n’a alors fait qu’un tour et plainte fut déposée auprès du Thai Culture Ministry (ministère de la culture de Thaïlande) pour endiguer le phénomène.

Dans les faits, les coyotes ne devaient plus être en mesure de se produire dans les lieux publics (un peu comme les prostituées ne devaient plus être en mesure de pratiquer à partir des années 1960…). Mais nous sommes en Thaïlande, pays des hommes libres, et, malgré les directives express des autorités, ce n’est pas demain la veille qu’elles arrêteront d’animer les rassemblements festifs à travers tout le pays pour le plus grand plaisir de leurs fans.

Auteur de l’article : Farangset

Je suis quelqu'un !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *